news

brisons-les-chainesEn l'année 1888, le Cardinal Lavigerie, le Fondateur des Pères Blancs et des Sœurs Blanches, était engagé au plus fort dans une campagne internationale pour l'abolition de l'esclavage en Afrique.
Nous célébrons le 125ème anniversaire de son action qui avait une répercussion spéciale pour la Belgique.
A cette occasion vous êtes invités à une exposition et une célébration commémorative dont vous trouvez l'invitation personnelle sous ce lien
Soyez le(a) bienvenu(e).
P. Jan Lenssen
Bonjour,
Mon livre sur le 2ème Synode africain est sorti. Le caractère original du livre porte surtout sur deux points :
  • un récit des relations entre les Eglises d'Afrique et le Saint-Siège depuis le fameux livre "Des prêtres noirs s'interrogent" (1956) jusqu'à ce deuxième synode, en passant par le rêve avorté d'un CONCILE africain.

  • le résumé d'une centaine d'interventions des participants au Synode, en portant une attention particulière aux évêques de terrain et aux laïcs femmes et hommes. Il est rare en effet que des laïcs aient l'occasion de s'exprimer devant une assemblée aussi prestigieuse.

Maurice Cheza. Le deuxième Synode africain
Réconciliation, Justice et Paix
Le deuxième Synode africain s'est tenu à Rome du 4 au 25 octobre 2009.
Face aux souffrances et aux injustices subies par de nombreux Africains, il a cherché à mettre l'Eglise « au service de la réconciliation, de la justice et de la paix ». Pendant trois semaines, les 244 membres et 49 auditeurs et auditrices ont pu partager leurs opinions et souhaits.
On trouvera dans cet ouvrage les grands textes du Synode : les deux communications du cardinal Peter Turkson, rapporteur général, le message final de l'assemblée, les 57 propositions transmises au pape et, bien sûr, l'exhortation apostolique post-synodale Africae munus, remise par Benoît XVI aux évêques africains lors de sa visite au Bénin le 20 novembre 2011.
Mais le Synode favorise aussi un important brassage d'idées. Les grands textes n'épuisent donc pas la richesse de ce rassemblement. Et comme il est rare que des évêques de terrain et des laïcs, femmes et hommes, aient l'occasion de s'exprimer devant une telle assemblée de cardinaux et d'évêques, on a voulu sauvegarder ici une centaine de leurs avis. Dans la préface, Mgr Djomo, président de la Conférence épiscopale de la RDC, n'hésite pas à parler d'une « précieuse mine d'or pour quiconque veut mener une étude sur le deuxième Synode africain ».
Le livre contient aussi un intéressant chapitre historique qui retrace l'évolution des relations entre les Églises catholiques d'Afrique et le Siège de Pierre, entre 1956 (publication du livre Des prêtres noirs s'interrogent) et le deuxième Synode. Face au souhait d'un concile africain, exprimé fortement et à plusieurs reprises, Rome a répondu par l'organisation de deux synodes romains. Peut-on y voir une étape vers un futur concile africain ?
Maurice Cheza, prêtre du diocèse de Namur (Belgique), est théologien et professeur émérite de l'Université catholique de Louvain. Spécialiste de l'interculturalité théologique, il a enseigné pendant plusieurs années au grand séminaire interdiocésain de Lubumbashi (RDC) et a publié un ouvrage sur le premier Synode africain (Karthala). Avec Gérard van 't Spijker, il a édité un recueil de textes intitulé Théologiens et théologiennes dans l'Afrique d'aujourd'hui (Karthala).
Éd. Karthala, Paris,
Coll. Chrétiens en liberté/Questions disputées.
ISBN : 978-2-8111-0848-9

« Arnaud, premier Curé Noir de Paris » Nouvelle Cité 2013

Ce livre a un titre un peu maladroit et pourrait nous laisser supposer une confrontation entre « curé noir » et « curé blanc ». Heureusement, cela n’est pas le cas. Ce livre fait partie de la collection « récits » de l’éditeur. Il s’agit donc du récit de l’arrivée et de l’installation d’un jeune prêtre Congolais (Brazzaville) à la paroisse Saint Denys de la Chapelle, à Paris.
Il semble être tout à fait le premier « Curé » canonique d’une paroisse de Paris ; mais il n’est pas le premier prêtre Africain au service des chrétiens de Paris. S’il est Africain, Arnaud Goma est aussi membre de la « Communauté du Chemin Neuf » et c’est à ce titre qu’il fut appelé par les responsables de sa communauté à rejoindre le Diocèse de Paris. Alors son livre nous raconte quelques épisodes de ce déracinement des Alpes Maritimes où il exerçait déjà son ministère pour un nouvel enracinement dans le diocèse de Paris. Ces pages se lisent aisément. Elles nous familiarisent avec la spiritualité des nouvelles communautés, plus spécialement « le Chemin Neuf ». En cela, elles sont déjà une interpellation. Mais on peut aller plus loin et avec ce livre partager, en de courts chapitres, les difficultés et les surprises d’un jeune curé qui s’installe : le cambriolage de sa paroisse (Chap. 4) ; la pastorale des funérailles (Chap. 5) ; le passé historique de sa communauté paroissiale (Chap. 6) ; la confrontation avec les pauvres et désorientés comme les SDF (Chap. 7) ou les prostituées (Chap. 8) ; le sensationnel et la violence dans la culture et les médias (Chap. 9). Tout ceci est une illustration de la phrase qui ouvre son chapitre 11 : « Depuis que je suis à Paris, tout me parle. » Malheureusement, à le lire, je reste persuadé que Paris lui a parlé beaucoup plus que ce qu’il en a écrit.
Finalement, on pourrait s’arrêter un peu plus sur le chapitre 16 dans lequel il invite les chrétiens de Paris à se réveiller, en reprenant pour cela un titre familier de Stefane Hessel : « Indignons-nous ! » C’est dans cet unique chapitre qu’il aborde les relations entre les Eglises d’Afrique et les Eglises d’Europe. Même s’il est un peu trop court sur ce sujet, il a quelques paragraphes qui ne peuvent pas nous laisser indifférent. Il écrit entre autres : « Je plaide pour un plus grand partenariat entre les Eglises d’Afrique et celles de l’Europe. » - « L’Afrique et l’Europe sont historiquement comme frère et sœur. » (p.145). En lisant ces quelques mots, on peut se demander qui est le frère et qui est la sœur dans ce couple !
Ce livre est intéressant à lire. Il est un témoignage vrai et stimulant. Mais il a besoin d’être continué. Il y a en Belgique et à Bruxelles notamment, de nombreux prêtres africains. Pourquoi ne reprendraient-ils pas le flambeau du Père Arnaud ? A leur tour, ils pourraient écrire leur propre témoignage sur leurs missions en Belgique. « Le prêtre Africain peut apporter beaucoup à l’Eglise d’Europe. » (p. 143) écrit encore Arnaud Goma. Les chrétiens d’Europe ont besoin de comprendre un peu mieux, plus en profondeur, la spécificité Africaine, telle qu’elle peut se vivre par un prêtre, au sein des communautés paroissiales d’Europe.
Gilles Mathorel
Cher membre AG PM,
Veuillez trouver dans le lien ci-dessous le texte du conseil Pontifical Cor Unum et pour les Migrants intitulé :
« Accueillir Jésus-Christ dans les réfugiés et les personnes déracinés de force. Orientations pastorales » ( 67 pages),
www.pcmigrants.org
Mark Butaye

L’inauguration de la Mission Notre-Dame-d’Afrique !

À l’Église Notre-Dame-des-Anges, sis, 5621, Boulevard Gouin Ouest, Montréal, le 9 juin 2013 à 12h30

cdr-monsengwoLa Mission Notre-Dame-d’Afrique, en sigle (MNDA), regroupant les Chrétiens - catholiques ressortissants de la République démocratique du Congo, de la République du Congo-Brazza et de la République du Cameroun résidents à Montréal et ses environs est ravie de vous annoncer l’inauguration de la Mission Notre-Dame-d’Afrique, le 9 juin 2013 prochain en présence de Mgr Christian Lépine, archevêque de Montréal, du cardinal Laurent Monsengwo Pasinya, archevêque de Kinshasa, de Mgr Victor Abagna Mossa, évêque d'Owando et de Mgr Victor Tonyè Bakot, archevêque de Yaoundé. Le curé de MNDA, abbé Jean-Chrysostome Zoloshi, les différents invités et les membres des communautés concernées auront une immense joie de vous accueillir à cette occasion, accompagnés des vos familles et proches.

La MNDA est une communauté de Foi, de Charité et d’Espérance en Jésus Christ. Elle est enracinée dans la tradition Catholique de ses membres.

Au programme :

Le 7 juin de 19h00 à 21h00
Entretien avec le Cardinal Laurent Monsengwo Pasinya, Archevêque de Kinshasa (République Démocratique du Congo) : Quels sont les défis de l’Église Catholique, au Congo et dans le monde? Quelques pistes de solution. (Le Cardinal Laurent Monsengwo est l’un des 9 prélats choisis par le Pape François pour l’épauler dans la réforme de la Curie romaine et la révision de la constitution apostolique Pastor Bonus)
Le 8 juin de 16h00 à 18h00
Table ronde sur l’état de la foi et de la vie sociale et communautaire dans certains pays d’Afrique.
Le 9 juin à 12h30
Messe inaugurale de la Mission, présidée par Mgr Christian Lépine, archevêque de Montréal, en présence du Cardinal Laurent Monsengwo, Archevêque de Kinshasa.
Le lundi 10 juin à partir de 19h00
Messe en rite zaïrois. Après celle-ci, un entretien suivra entre le Cardinal Laurent Monsengwo et les Congolais.
Venez nombreux, accompagnés de vos familles et proches !
Lieu : Eglise Notre-Dame-des-Anges, au 5621, boulevard Gouin Ouest, Montréal.

 

Entrée gratuite !
Renseignements :
MNDA : (514)-332-6004 ou (514)-334-5268 ou (514)-995-3560
COCOM : (514)-560-6230

mission-ND-Afrique-Montreal