nous-connaitre

Présentation de la Pro Migrantibus

La Commission épiscopale Pro Migrantibus est au service de la Conférence Episcopale, des commissions diocésaines concernées et des communautés catholiques d’origine étrangère en matière de la pastorale des Migrations. Sous la direction de l’Evêque référendaire et du secrétaire national, la commission réunit les vicaires épiscopaux, les délégués épiscopaux, les responsables de la pastorale des migrations, les délégués élus ou choisis des régions géographiques d’origine des migrants. Sa tâche est de proposer, d’élaborer et de soutenir une approche globale de l’Eglise belge en ce qui concerne la pastorale de communion avec les communautés catholiques d’origine étrangère. De concert avec d’autres organismes catholiques, elle veille à garder une attention aux questions qui concernent les migrants et les immigrés.

Présentation de la Pro Migrantibus Afrique

La Pro Migrantibus Afrique se veut d’abord être un espace de dialogue, de rencontre, de réflexion et de partage des expériences, des informations et des réalités pastorales et spirituelles des africains et des communautés africaines catholiques de Belgique. C’est une branche de la Commission Episcopale Pro Migrantibus. Elle porte au sein de l’Eglise Catholique Belge le souci pastoral d’accueil, d’accompagnement et de dialogue avec les migrants et les immigrés d’origine africaine. Elle traduit le souci de la base auprès de la commission Pro Migrantibus National. En retour, elle traduit auprès de la base (les africains catholiques et les communautés catholiques africaines) les projets pastoraux et les préoccupations de l’Eglise de Belgique en matière de la pastorale des migrants et des immigrés. La Pro Migrantibus Afrique se réunit 3 à 4 fois par an. Ces rencontres sont ouvertes à toutes les personnes intéressées et engagées dans l’accompagnement des catholiques d’origine africaine. Le secrétaire national la Pro Migrantibus participe à toutes nos réunions. La Pro Migrantibus Afrique organise tous les deux ans une activité spirituelle et pastorale réunissant les africains catholiques de Belgique et les personnes qui les accompagnent.

Bref historique des migrations

La migration humaine est un phénomène probablement aussi ancien que l’humanité. Les premières migrations humaines sont mal connues. Elles seraient provoquées probablement soit par la chasse et la cueillette soit par la curiosité inhérente à l'espèce humaine. A ces deux réalités, on peut ajouter l’impact des importants changements climatiques tant au niveau de la flore qu’au niveau de la faune. Cette situation va donc conditionner la vie humaine et provoquer des profonds changements, notamment les vagues migratoires.
Vers la fin du Moyen Âge, les populations se voient obligées de trouver de nouveaux espaces et de nouvelles possibilités de survie. Ces mouvements des populations sont causés entre autre par des persécutions politiques et religieuses et des pressions économiques. Actuellement, les guerres, les famines et les catastrophes naturelles continuent de déclencher d'importantes migrations dans le monde.
En Europe, jusque récemment, l’émigration et l’immigration s’est faite à notre profit. A partir de la fin du 19ème siècle, l’industrialisation accélère le processus d’immigration. D’abord des Flamands, puis des Français, des Hollandais, ensuite des Polonais et Italiens. Avec la crise des années 30, des mesures sévères sont prises pour limiter l’immigration. En 1956, c’est le drame du Bois du Cazier. L’Italie met fin aux accords. La Belgique s’adresse alors à l’Espagne (1956), à la Grèce (1957), à la Turquie et au Maroc (1964), à la Tunisie (1969), à l’Algérie et la Yougoslavie (1970).
Après 1974, les migrations se poursuivent :

  • les permis de travailleurs sont accordés surtout pour des étrangers hautement qualifiés

  • le regroupement familial

  • les étudiants étrangers

  • les demandeurs d’asiles (5 à 10% seulement reçoivent le statut de réfugiés)

Aujourd’hui, l’histoire de la migration s’écrit encore avec ses nouveaux défis, parfois liés au domaine économique, social, politique, sanitaire, culturel, sécuritaire, environnemental ou simplement écologique, …

Ce sont là de nouveaux des défis de notre temps que tous les humains doivent relever, notamment les chrétiens que nous sommes (cf Erga migrantes caritas Christi n°3).
Ces défis sont :
  • l’explosion du phénomène dans le monde avec ses drames collatéraux : les morts en méditerranée, les drames et les rejets des migrants

  • La situation des sans papiers et des clandestins

  • La coexistence des cultures

  • L’intégration et l’accueil des migrants

  • Les besoins spirituelles et pastoraux des migrants et annonce du message chrétien

Documents du magistère sur les migrations

La pastorale des migrations en Belgique trouve des repères dans un document de la commission épiscopale de 2007 que la Conférence épiscopale avait approuvé : « Les communautés catholiques d’origine étrangère en Belgique, application de Erga Migrantes Caritas Christi ».
Ce document ne reprend pas textuellement l’instruction pontificale Erga Migrantes mais il fait suite à celle-ci. Il est une actualisation de ce document de base. Il propose par ailleurs une nette application de Erga Migrantes en même temps qu’il tient compte des options de la Conférence épiscopale belge et de la situation spécifique de l’ensemble du royaume de Belgique. Deux idées fortes ressortent de ce document : la communion et la collaboration. Ce qui, en substance veut dire à peu près ceci : « Nous sommes tous membre d’une même Eglise, une Eglise unie et non séparée ». Dans ce contexte, il n’y a pas que la communauté locale qui doit faire le pas ; mais les deux communautés (étrangère et locale) doivent faire le pas l’une vers l’autre et inversement.