news

Un pèlerinage des chaleurs !
L'Afrique chaleureuse au rendez-vous ! 

En juin 2014, l’abbé José NZAZI succédait à l’abbé Claude Musimar comme délégué des communautés catholiques africaines de Belgique à la Promigrantibus national pour un mandat de 5 ans. Avec l’abbé Claude, la pastorale des migrations, section Afrique s’est dotée d’une structure
appelée : Pro Migrantibus Afrika comme espace de dialogue, de rencontre, de réflexion et de partage des expériences, des informations et des réalités pastorales et spirituelles des africains et des communautés africaines catholiques de Belgique. Pendant son mandat, La Pro Migrantibus Afrika organisera plusieurs activités et prendra de nombreuses initiatives pour encourager les africains et les communautés d’origine africaine à vivre et à célébrer leur foi dans le contexte de l’Eglise locale de la Belgique. Dans le contexte de l’année sainte de la miséricorde et dans le souci de continuer à stimuler les africains catholiques de Belgique, la Pro Migrantibus Afrika a organisé une activité spirituelle le samedi 27 août 2016 à au sanctuaire Notre Dame de Montaigu (Scherpenheuvel). C’est le pèlerinage marial national avec les africains de Belgique.
A juste titre, nous pouvons le qualifier de pèlerinage des chaleurs !
Sous un soleil de plomb, les africains, accompagnés des belges et des autres nationalités européennes ont envahi les installations du sanctuaire dans une forte ambiance des chaleurs : la chaleur torride approchant 35 degré, la chaleur spirituelle, chaleur liturgique, chaleur humaine, chaleur sociale et chaleur fraternelle. De la procession mariale, en passant par le temps de pique-nique, la traversée de la porte sainte jusqu’à la célébration de l’eucharistie, les pèlerins ont profité de ces moments de grâces pour prier et célébrer la foi au cœur des symboles et gestes liturgiques aux couleurs africaines.
La procession mariale fut un moment de recueillement et de prière. Cinq communautés ont animé tour à tour les cinq mystères joyeux du Rosaire : la communauté d’Anvers en néerlandais, les groupes spirituels en lingala, la communauté anglophone de Bruxelles en anglais, la communauté des pays Est de l’Afrique en Swahili, et la communauté de Liège en français.
Le temps de pique-nique : dispersé sous les arbres reposant, sur la pelouse accueillante, dans les restaurants et les snacks de Scherpenheuvel, les pèlerins ont profité de la chaleur conviviale et fraternelle pour cultiver un esprit de partage et de la rencontre de l’autre. Il y avait tellement à manger que personne n’en manquait sauf les personnes qui avait fait le choix de jeuner.
La traversée de la porte sainte : Sous une chaleur torride approchant 35 degré, il fallait de l’endurance et de la patience pour traverser la porte sainte de la Basilique. Dans une ambiance surchauffée, Monseigneur Jean a présidé cette liturgique en 3 moments clés :
  • Les intentions de prière lues par les communautés de Gand, Anglophone de Bruxelles et de la Louvière, soutenues par la grande prière de l’année jubilaire par Mgr Jean.
  • Avec une clef monumentale et par un geste majestueux, Mgr Jean a ouvert et poussé la porte sainte. Ce fut un moment symbolique très important et significatif pour ce peuple de Dieu assemblée devant la basilique en cette année sainte de la miséricorde.
  • La traversée de la porte sainte est ponctuée par l’aspersion de l’eau bénite par Mgr Jean. Ce dernier a pris du temps pour ce geste afin de n’oublier personne. Chaque pèlerin a reçu deux images, en souvenir de la traversée de la porte sainte.
La célébration eucharistique : après la longue procession de la Basilique à Maria hall, lieu de la célébration et au rythme des chants et des pas de danse, les pèlerins ont eu droit à la messe au rite congolais avec des symboles et des gestes d’origines africaines. La présence de Mgr Jean était très réconfortante pour ces nombreux pèlerins. . Un des premiers pèlerins du jour, il a accompagné, motivé, encouragé et il a fait prier l’assemblée à chaque étape du pèlerinage. A plusieurs moments, il s‘est laissé aller au rythme des chants et des pas des danses à l’africaine. Il exhortait les participants à accueillir avec foi et joie la grâce de la miséricorde.

Abbé José NZAZI